De l’allant à l’envi au Paris Jazz Festival !

Avi et Omer Avital LeMousticProduction/Veronique Pinon
Imprimer
Dimanche 1er juillet 2018.

A l’instar du jour précédent, le concert fut orientalisant, mené tambour battant par quatre musiciens d’origines juives marocaines, tous reconnus sur la scène internationale. Encore une fois grand merci aux organisateurs du festival ( pour ne pas les citer, Pierrette Devineau et Sébastien Danchin) de nous faire découvrir des artistes que nous n’avons pas souvent l’opportunité de voir en France.

Pour information aux lecteurs, Omer Avital s’est installé à New-York en 1992. En tant que contrebassiste, il a rapidement côtoyé des jazzmen tels Avishai Cohen (le trompettiste) et Aaron Goldberg. Son premier album « Think with your Heart » est sorti en 2001. En 2003, il s’est rendu en Israël afin d’étudier le oud et parfaire ses connaissances en musique traditionnelle arabe. Puis, de retour dans la Grande Pomme en 2005, trois albums sortent sous son nom, dont « Asking no Permission » ( avec Mark Turner).
Tout au long du concert Omer a conversé musicalement avec son compère, Avi Avital (attention aucun lien de parenté). Ce dernier, une superstar de la mandoline (petite cousine du luth), a souhaité dépoussiérer cet instrument dans le but d’élargir son répertoire. Ne se cantonnant pas au Baroque, nous avons effectivement apprécié son jeu jazzistique éloquent et enjoué, et ce désir d’ouverture.
Les deux autres acolytes contribuent bien entendu à l’édifice. D’une part, le swing incisif du pianiste Yonatan Avishai à la personnalité d’apparence discrète, qui a été lui aussi sideman d’Avishai Cohen dans « Into the Silences ». Son introduction lente dans le morceau « Lonely Girl » est trompeuse car elle nous mène vers une accélération rythmique à perdre haleine. Tout comme le percussionniste Itamer Doari qui nous a laissé cois avec son long solo de darbuka. Il fait d’ailleurs partie du projet « Yemen Blues » qui établit des liens entre New-York et Israël .

En somme, un après-midi chaud, une rencontre musicale chaleureuse, des musiciens non dépourvus de facéties. Le public en redemandait encore !

 

The following two tabs change content below.

Véronique Pinon