Mai, le mois de la (R)évolution au Stade Français

Imprimer
Le Stade Français va entamer sa (R)évolution. Hier soir, le nouveau propriétaire du club depuis un an, M. Hans-Peter Wild, présentait son programme pour les 5 prochaines années. Le symbole fort de cette soirée étant le nouveau logo du club.

Heyneke Meyer (Directeur Sportif) 16/05/18. (c) 2017 / LMP Baledent

En présence de son nouveau directeur sportif Heyneke Meyer, les nombreux invités qui composent la galaxie du club, joueurs actuels et anciens ; supporters ; investisseurs, avaient l’honneur de découvrir les nouveaux joueurs, le nouveau staff ainsi que les différents leviers d’actions pour offrir au public parisien une équipe compétitive et une ambition certaine. Le projet du Dr Wild se décompose en

  1. Formation des jeunes et développement du groupe professionnel
  2. Parcours joueurs : une recherche systématique de la performance
  3. Objectiver le suivi des performances et les améliorer en continu avec SAP Sports one
  4. Objectif Champion de France dans 3 ans et rester dans le haut du tableau durablement

Le rappel de certains anciens pour faire la liaison entre l’ancien et le nouveau Stade Français, à l’image de Pieter de Villiers qui revient dans le club comme entraîneur des avants est un signe là aussi très fort. Ainsi, Pieter de Villiers remplace Olivier Azam et sera au même titre que Julien Dupuy, conservé dans ses fonctions, les 2 adjoints de Heyneke Meyer.

Hans-Peter Wild veut se donner les moyens de son ambition tout en étant raisonnable. En effet, à quoi bon vouloir avancer rapidement si les fondations sont construites sur du sable ? Une maison se construit étage par étage.

Toutefois, les supporters parisiens ont attendu un an pour obtenir ces informations cruciales pour leur club de cœur. Mais les annonces prodiguées mercredi soir devraient les combler avec notamment, côté sportif, le renfort de poids du toulousin Yoann Maestri (30 ans, 59 sélections). Il sera accompagné, entre autre, par son coéquipier Gaël Fickou (24 ans, 35 sélections) et Nicolas Sanchez (29 ans, 62 sélections avec les argentins).

En plus de ces recrutements de choix, Hans-Peter Wild va aussi construire tout un environnement pour que les joueurs actuels, mais aussi et surtout les nouveaux joueurs qui sortiront du centre de formation, puissent accomplir leurs devoirs dans de bonnes conditions. Un athlète de haut niveau a besoin d’un centre d’entrainement digne de ce nom, mais aussi d’outils qui permettent de le faire progresser.

Un autre point essentiel dans le projet, la formation. Sans vouloir faire des excès financiers qui saperaient les assises du club, l’accent sera mis sur la formation afin de faire émerger de nouveaux, et nombreux talents. Il s’agira de les accompagner sur la plus haute marche de leur carrière, les équipes nationales.

Les amoureux de ce club peuvent donc se rassurer. Après un épisode fâcheux il y a deux ans (projet de fusion avec son voisin le Racing 92), ils peuvent de nouveaux croire en un avenir qui se veut radieux. Mais il faudra se montrer patient.

The following two tabs change content below.