Play-downs : le CDB reçu 3/3 en laminant Toulon

Division 1 (Match de barrage), Cercle Dijon Bourgogne vs Toulon St-Cyr Var Handball Jeudi 26 Avril 2018. (c) 2017 / LMP Nicolas Goisque sarah paulsen explose de joie après l'un de ses buts
Imprimer

Le Cercle Dijon Bourgogne réussit une phase aller des play-downs de Ligue Féminine de Handball parfaite. Après s’être imposé sur Bourg de Péage et être allé gagner au Havre, les Dijonnaises sont montées en puissance ce jeudi au palais des sports en surclassant Toulon St Cyr sur le score sans appel de 31-18.  Les joueuses de Christophe Maréchal ont maîtrisé la rencontre de bout en bout et ne sont donc plus mathématiquement qu’à une victoire du maintien assuré. Il faudra terminer le travail superbement entamé.

 

Franchement pour avoir suivi ce CDB tout au long de la saison, avouons tout de suite que la joie des Dijonnaises fait plaisir à voir au coup de sifflet final, tant cette saison a été galère pour de multiples raisons et que le groupe n’a jamais lâché. Dijon a parfaitement préparé ces play-downs auquel il se savait « condamné » depuis un moment quitte à hypothéquer ses chances sur certains matchs de fin de saison régulière; tout cela paye aujourd’hui.

 

Dijon démarre fort

Et ce jeudi soir, les Dijonnaises avaient faim. Les têtes et les corps étant dans les meilleures dispositions, le CDB prend d’entrée les choses en main avec une Déborah Kpodar très en vue en début de match et de l’autre côté une Noura Ben Slama (libérée psychologiquement depuis l’arrivée de Virginia Fernandez Robles) qui se distingue dans ses cages. Comme Martina Skolkova en remet une couche avec un missile en lucarne suivi d’un pénalty transformé on est à 7-2 après 13 minutes de jeu. A la faveur d’une double exclusion temporaire côté Dijon pour Héléna Rysankova et Martina Skolkova, Toulon refait un peu surface (7-4, 16′). Dans la foulée Sarah Paulsen partie en contre comme une fusée se fait balancer par Jessy Kramer; la Hollandaise voit rouge sur ce coup et est donc priée de regagner les tribunes. Dijon gère bien sa fin de mi-temps notamment sur deux belles réalisations de Kimberley Bouchard. C’est symboliquement Déborah Kpodar qui avait parfaitement lancé son équipe qui clôt la marque de ce premier acte avec une belle avance pour Dijon (13-8,30′).

 

Des Toulonnaises dépassées

Que dire de ce premier acte sinon que l’on a vu une défense dijonnaise agressive à souhait, un jeu de transition efficace suite au nombreux ballons récupérés, une Déborah Kpodar au bras précieux et une Ben Slam parfois décisive. Côté Toulon on ressent fort l’absence de Laurène Catani, capitaine et véritable maître à jouer, présente ce jeudi à Dijon et que l’on a notamment vue en grande conversation avant le match avec la jeune maman Léa Terzi, mais pas rétablie pour cette rencontre. Des Varoises qui ont multiplié les pertes de balle durant ce premier acte visiblement prise par l’enjeu et par l’agressivité dijonnaise.

 

Le CDB continue sur sa lancée

Dès la reprise, les co équipières de la capitaine Joanna Lathoud enfoncent le clou en débutant par un 4-1 qui donnent 8 longueurs d’avance aux locales (17-9, 35′). La dynamique est très clairement du côté des locales et Toulon, malgré les efforts de Dounia Abdourahim (7 buts ce jeudi, meilleure marqueuse du match) et de Djenaba Tandjan (les deux seules buteuses des 25 dernières minutes toulonnaises), ne sera jamais en mesure d’espérer. Au contraire Dijon augmentera inexorablement son avance avec un bon passage de Sarah Paulsen, auteur de trois buts coup sur coup (23-13,45′). Le coach dijonnais peut alors faire rentrer ses jeunes pousses et Manon Gravelle dans un contexte idéal, sans trop de pression sera la joueuse de cette fin de match côté Dijon avec un 5/6 en 15 minutes. La fête sera complète puisque Manon Brochot marquera elle aussi. Toulon aura bel et bien coulé à Dijon et les « Artistes » du CDB auront bien mérité leurs danses de joie au final

.

The following two tabs change content below.
Nicolas Goisque
Né en juin 1966 à Suresnes, j'ai passé mon enfance à Paris puis à Compiègne. Depuis juin 2012 j'ai monté ma société NikoPhot et je fais professionnellement de la photographie sportive et événementielle. J'ai pris en octobre 2014 la rédaction en chef du site d'information sportive DIJON-SPORTnews.fr.avec lequel je collaborais depuis fin 2012 Marié et père de trois enfants, la famille habite la région dijonnaise après avoir vécu à Lille (59) et à Fougères (35). Mes photos sont prises dans leur très grande majorité sur des événements sportifs ou culturels ayant lieu en Côte d'Or
Nicolas Goisque
A propos de Nicolas Goisque 71 Articles
Né en juin 1966 à Suresnes, j'ai passé mon enfance à Paris puis à Compiègne. Depuis juin 2012 j'ai monté ma société NikoPhot et je fais professionnellement de la photographie sportive et événementielle. J'ai pris en octobre 2014 la rédaction en chef du site d'information sportive DIJON-SPORTnews.fr.avec lequel je collaborais depuis fin 2012 Marié et père de trois enfants, la famille habite la région dijonnaise après avoir vécu à Lille (59) et à Fougères (35). Mes photos sont prises dans leur très grande majorité sur des événements sportifs ou culturels ayant lieu en Côte d'Or