Un nouveau match de la peur pour le Stade Français Paris

Top 14 (Journee 25), Stade Francais Paris vs Club Athletique Brive Correze Limousin Samedi 28 Avril 2018. (c) 2017 / LMP Denis Trasfi - JOIE DE SERGIO PARISSE APRES SON ESSAI
Imprimer
Après sa victoire volcanique contre Clermont il y a 3 semaines (50-13), on pensait que le Stade Français Paris se comporterait mieux à Lyon une semaine plus tard. Mais ce fut un non match de la part des soldats roses. Ils ont perdu ce match sur le score sans appel de 44 à 3. Reportant d’autant leur place en Top 14 pour la saison prochaine.

En recevant hier le CA Brive, ils jouaient leur dernière chance de se maintenir directement dans le championnat élite français. Pour être totalement sûr de se maintenir, il leur fallait 5 points, soit une victoire bonifiée pour ce match sans que Brive obtienne le point de bonus défensif, ou obtenir la victoire avec les 4 points et aller grappiller 1 petits points lors de la prochaine et dernière journée au Stade Rochelais. Autant dire que ce sera mission impossible pour les parisiens d’obtenir ce tout petit point à la Rochelle.

Et dès les premières minutes de ce match, on se disait que les joueurs parisiens allaient renouveler leur match contre les clermontois. Dans la continuité de l’engagement effectué par Jules Plisson, tous les joueurs parisiens se ruaient dans le camp briviste.

Ces deniers réussissaient à se dégage en tapant en touche. Bien négociée par les joueurs du Sade Français, ils jouaient sur la largeur du terrain, et dans un trou de souris, Jules Plisson voyait s’ouvrir le chemin qui allait le mener au premier essai du match.

Il se chargeait lui-même de la transformation et portait le score à 7 à 0. Les joueurs adverses semblaient tétanisés par l’enjeu du match, se sauver de la relégation directe. Mais Thomas Laranjeira parvenait à recoller au score sur une pénalité à la 9ième minute.

Ce sera toute la difficulté pour Paris au cours de ce match, réussir à se libérer de la pression au tableau d’affichage de Brive qui ne voulait pas mourir à Paris. Les auvergnats étaient venus à Paris pour vaincre et ainsi continuer à espérer ce maintenir, même au prix d’une match de barrage contre une équipe de Pro D2.

Sergio Parisse à la 13ième minute semblait marquer le glas de leurs espérances avec un nouvel essai non transformé. Mais comme d’habitude Thomas Laranjeira marquait une nouvelle pénalité. Décidemment, les brivistes avaient du cœur à l’ouvrage.

La suite de cette première période, fut tout à l’avantage du Stade Français. Jules Plisson marquait 3 pénalités (25ième, 30ième, 40ième+1), neutralisées par Thomas Laranjeira avec lui aussi 2 pénalités (28ième, 33ième).

L’arbitre de la rencontre pouvait demander aux protagonistes de rentrer aux vestiaires pour se reposer. Au retour sur le terrain, le match allait changeait de physionomie.

Les vieux démons du Stade Français allaient ressurgir. A moins que l’entraineur Didier Casadei de Brive ai réussi à trouver les mots pour les motiver. Quoiqu’il en soit, le Stade Français ne réussissait plus à produire le même jeu qu’en première période.

L’enjeu primait de plus en plus sur les débats et on voyait les premières échauffourées entre les joueurs. L’arbitre avaient maille à partir et tentait de garder un esprit sportif. Ces énervements offraient aux 2 buteurs 2 pénalités pour alourdir le score.

Brive trouvait de plus en plus la faille dans la défense parisienne qui à l’image du roseau, pliait mais ne romprait pas. Et à la 70ième, Samuel Marques marquait l’essai de l’espoir pour son équipe transformé par Thomas Laranjeira. Le CA Brive revenait à 5 petits points du Stade Français, 27 à 22.

Cet essai fut marqué en supériorité numérique. 1 minute plutôt, Tony Ensor s’était fait remarquer par l’arbitre avec un avant volontaire et était sorti pour 10 minutes sur un carton jaune. Il restait 11 minutes de jeu et avec le retour sur ses talons de Brive, les spectateurs parisiens commençaient à trembler pour son équipe.

Il se disaient, comme les observateurs et les journalistes, que le Stade Français allait payer chèrement cette expulsion temporaire. Que nenni, Morne Steyn marquait un drop et permettait à son équipe de souffler et de remporter finalement ce match.

Les parisiens n’ont jamais réussi à marquer ce troisième essai synonyme de bonus offensif qui leur aurait permis de respirer au classement. Ils ont pensé avoir obtenu cet exploit à 2 reprises en première période, mais à chaque fois, un joueur parisien avait mis le pied en touche. L’arbitre ne pouvait que les refuser après l’arbitrage vidéo.

Et une mauvaise nouvelle est toujours accompagné d’une autre mauvaise nouvelle. De leur côté, Oyonnax réussissait l’exploit de battre Lyon avec le bonus offensif obtenu dans les dernières secondes grâce à un essai de pénalité.

Le classement entre ces 3 équipes s’établit maintenant de cette manière avant la dernière journée de la phase régulière le weekend prochain :

12ième, Paris avec 42 points
13ième, Oyonnax avec 39 points
14ième, Brive avec 32 points.

Si Brive ne peut plus rien espérer, Oyonnax peut encore sauver sa place en Top 14. Pour cela ils devront l’emporter à Castres, sèchement battu à Toulon (59-13). Le Stade Français devra impérativement glaner un résultat de son déplacement à La Rochelle. La Rochelle doit encore jouer son match de cette journée à Toulouse.

Tout dépendra de ce résultat pour le Stade Français. Si La Rochelle perd, ils devront impérativement remporter leur opposition contre les parisiens pour espérer jouer les phases finales. D’autant que Paris devra impérativement obtenir un résultat. La différence particulière entre Paris et Oyonnax étant à l’avantage de ces derniers.

On le voit, cette dernière journée est pleine d’incertitudes. C’est bien pour l’esprit sportif, pour l’intérêt du rugby, mais moins bien pour le cœur des supporters de ces deux équipes.


Stade Français Paris 30 (21) – Club athlétique Brive Corrèze Limousin 22 (12)
Paris, Stade Jean Bouin, 15 014 spectateurs
Arbitre : M. Jérôme Garces
Arbitres de touche : M. Jonathan Dufort & M. Bruno Gabaldon

Compositions :
Stade Français Paris(SFP) :
Titulaires : 1 Hendrik Van Der Merwe, 2 Rémi Bonfils, 3 Émile Paul Alo, 4 Paul Gabrillagues, 5 Alexandre Flanquart, 6 Antoine Burban, 7 Sékou Macalou, 8 Sergio Parisse, 9 Clément Daguin, 10 Jules Plisson, 11 Djibril Camara, 12 Jonathan Danty, 13 Waisea Vuidravuwalu, 14 Julien Arias, 15 Tony Ensor
Remplaçants : 16 Laurent Sempéré, 17 Zurabi Zhvania, 18 Hugh William Pyle, 19 Willem Schalk Alberts, , 20 Arthur Coville, 21 Morne Steyn, 22 Jimmy Yobo, 23 Ramiro Émir Herrera
Club athlétique Brive Corrèze Limousin (CABCL) :
Titulaires : 1 Karlen Asieshvili, 2 Mike Tadjer, 3 James Johnston, 4 Julien Ledevedec, 5 Peet Marais, 6 Said Hirèche, 7 Fabien Sanconie, 8 Sisaro Datu Koyamaibole, 9 Samuel Marques, 10 Matthieu Ugalde, 11 Benito Masilevu, 12 Seremaia Nakala Burotu, 13 Arnaud Mignardi, 14 Sevanaia Galala, 15 Thomas Laranjeira
Remplaçants : 16 François Da Ros, 17 Vivien Devisme, 18 Dominiko Waqaniburotu, 19 Poutasi Luafutu, 20 Florian Cazenave, 21 Benjamin Lapeyre, 22 Gaëtan Germain, 23 Soso Bekoshvili

Essai(s) :
SFP : Jules Plisson (2ième), Sergio Parisse (13ième)
CABCL : Samuel Marques (70ième)

Transformation(s) :
SFP : Jules Plisson (3ième)
CABCL : Thomas Laranjeira (70ième)

Pénalité(s) :
SFP : : Jules Plisson (25ième, 30ième, 40ième+1, 45ième, 64ième)
CABCL : Thomas Laranjeira (9ième, 17ième, 28ième, 33ième, 43ième)

Drop(s) :
SFP : Morne Steyn (73ième)

Carton(s) jaune(s) :
SFP : Tony Ensor (69ième)