Le Stade Français puise dans ses réserves

Top 14 (Journee 23), Stade Francais Paris vs Association Sportive Michelin Clermont Auvergne Samedi 7 Avril 2018. (c) 2017 / LMP Denis Trasfi - ESSAI DE ARTHUR COVILLE
Imprimer
Un gros morceau était proposé sur la route au maintien pour le Stade Français. Le club parisien recevait l’ASM Clermont Auvergne, le champion de France en titre. Le club auvergnat, bien mal en point cette saison, ils étaient 9ième au classement avant le début de la 23ième journée, et battu 17-28 contre le Racing 92 le weekend dernier, qui lus est sur leur terrain lors des quarts de finale de la Champions League le weekend précédent, venaient sur le terrain parisien pour se relancer.

Devant une équipe qui faisait en partie tourner son effectif, le Stade Français avait un coup à jouer pour se donner un peu d’air au classement.

La première période fut assez équilibrée. Si les premières minutes furent à l’avantage du Stade Parisienne concluent d’une jolie manière par le premier essai transformé du match à la 4ième minute par Waisea Vuidravuwalu.

Les impacts étaient tous à l’avantage des parisiens qui se montraient volontaires. Ils produisaient un jeu de mouvement très jolie à voir. Il faut aussi indiquer que Clermont n’était pas en reste et produisait un beau jeu de mains.

Les deux équipes avaient envie de montrer sur le terrain qu’elles savaient jouer et que leurs places au classement ne reflétaient pas leur niveau. Le jeu s’équilibrait au fur et à mesure des minutes et Greig Laidlaw, sur une pénalité réduisait le score, 7 à 3. 6 minutes plus tard, il manquait une nouvelle pénalité.

Pour Clermont, cela ne sonnait pas le glas de leur espoir. Suite à une belle combinaison en attaque, Patricio Fernandez, marquait un essai transformé pour son équipe. Cet essai permettait à l’ASM de dépasser le Stade Français au tableau d’affichage de 3 points : 7 à 10.

Les 10 dernières minutes voyaient les deux équipes se neutraliser sur le terrain. Avec un bel état d’esprit de part et d’autre et des envies de jouer, on se prenait à regretter que le tableau d’affichage ne soit pas plus fourni. A la pause, il affichait un pauvre 13 à 13. Ce n’était pas une juste récompense pour les 30 acteurs.

En revanche, au retour des vestiaires, nous allions avoir droit à un menu de roi. Les parisiens faisaient exploser le dôme clermontois. Comme en première période, le Stade Français, par l’intermédiaire cette fois si de Rémi Bonfils, marquait un essai transformé dès la 3ième minute. On se disait que les clermontois allaient réagir face à ce coup du sort.

Que nenni… il n’y avait plus qu’une équipe sur la verte pelouse parisienne. Les joueurs parisiens tout de rose vêtu, étaient partout et étouffaient les velléités auvergnates. Jules Plisson en forme internationale marquait deux pénalités et donnait de l’air à son équipe. Il portait la marque à 26 à 13.

Stade Français/ASM Clermont, La joie d’Arthur Coville

On attendait le réveil des volcans, sans grande illusion toutefois. Le Stade Français continuait sur sa lancé. Le jeune ouvreur parisien, Arthur Coville marquait un nouvel essai, luis aussi transformer. Sa joie faisait plaisir à voir. On se rapprochait tout doucement du bonus offensif.

Clermont donnait le tout pour le tout mais e faisait contrer à la 73ième minute et permettait ainsi à Zurabi Zhvania de marquer un essai, lui synonyme de bonus défensif. On sentait alors un léger flottement dans les esprits parisiens. Devaient-ils continuer à attaquer ou au contraire préserver leur avantage au score ?

C’est surement ce que se disait Jules Plisson en voulant trouver une touche dans le camp clermontois. A vouloir hésiter, finalement cette touche était sauvée par un arrière de l’ASM. Il était dit que cette fin d’après-midi, rien ne pouvait arriver au Stade Français. Sur le contre clermontois, il récupérait le ballon et Waisea Vuidravuwalu clôturait l’action par un nouvel essai parisien. Le bonus offensif était bien dans la poche des parisiens.

Il restait alors 4 minutes. Clermont ne pouvait plus revenir. C’était même Jules Plisson qui mettait un point final au tableau d’affichage en marquant la dernière pénalité du match, pour porter le score à 50 à 13. Le Stade Français avait infligé un 37 à 0 à Clermont en une seule période.

Les spectateurs se prenaient à rêver après ces 40 minutes. Si le Stade Français avait joué tout le temps comme cela lors de ce championnat, ils ne seraient à batailler pour éviter la descente.

Ce qui nous permet d’évoquer le mini championnat pour la descente qui anime cette fin de saison. Brive qui recevait Lyon à 17h45 a perdu, 25 à 27, suite à un dernier essai litigieux du LOU dans les dernières secondes du match.

Le match de la peur concernait Agen qui recevait Oyonnax. Stoppé à Pau lors de la précédente journée, le club d’Oyonnax souhaitait relancer le moteur. Ils ont à nouveau calé en subissant une nouvelle défaite 36 à 21.

Ces deux résultats font le bonheur du Stade Français, et d’Agen, qui voit un peu plus s’éloigner le spectre de la descente, mais rien n’est joué. Il y a seulement 6 petits points d’écart au classement entre le barragiste, Brive, et Paris et encore 3 matchs à jouer.

A l’issue de cette journée, le nouveau classement (les positions restent inchangées) en bas de classement s’établit comme suit (entre parenthèse, le classement avant la 23ième journée) :

11ième, 38 points – Agen (11ième, 33 points)
12ième 38 points Paris (12ième, 33 points)
13ième 32 points Brive (13ième, 31 points)
14ième 30 points Oyonnax (14ième, 30 points)

La prochaine journée sera encore importante pour le maintien. Brive et Oyonnax s’affronteront. Ce sera Oyonnax qui aura un léger avantage en recevant leur concurrent direct pour la descente, Brive. Pendant de ce temps, Pau recevra Agen et Paris se déplacera sur les terres lyonnaises, avant de recevoir Brive à leur tour.

Cet avant dernier match sera très important et il faudra bien négocier le match à Lyon.


Stade Français Paris 50 (13) – ASM Clermont Auvergne 13 (13)
Paris, Stade Jean Bouin
Arbitre : M. Thomas Charabas
Arbitres de touche : M. Pierre Brousset & M. Fréderic Chazal

Compositions :
Stade Français Paris (SFP) :
Titulaires : 1 Sakaria Taulafo, 2 Remi Bonfils, 3 Émile Paul Alo, 4 Paul Gabrillagues, 5 Daniel Tuohy, 6 Antoine Burban, 7 Willem Schalk Alberts, 8 Sergio Parisse, 9 Clément Daguin, 10 Jules Plisson, 11 Jimmy Yobo, 12 Jonathan Danty, 13 Waisea Vuidravuwalu, 14 Julien Arias, 15 Djibril Camara
Remplaçants : 16 Laurent Sempéré, 17 Zurabi Zhvania, 18 Mathieu de Giovanni, 19 Hugh William Pyle, 20 Arthur Coville, 21 Morne Asmeyn, 22 Marvin O Connor, 23 Ramiro Émir Herrera
ASM Clermont Auvergne (ASM) :
Titulaires : 1 Loniketi Uhila, 2 Benjamin Kayser, 3 Rabah Slimani, 4 Paul Jedrasiak, 5 Sitaleki Timani, 6 Judicael Cancoriet, 7 Viktor Kolelishvili, 8 Fritz Lee, 9 Greig Laidlaw, 10 Patricio Fernandez, 11 Rémy Grosso, 12 Wesley Fofana, 13 Damian Penaud, 14 Peter Betham, 15 Nicholas Abendanon
Remplaçants : 16 John John Ulugia, 17 Raphael Chaume, 18 Philipp Van der Merwe, 19 Damien Chouly, 20 Morgan Parra, 21 Camille Lopez, 22 Aurélien Rougerie, 23 Davit Zirakashvili

Essai(s) :
SFP : Waisea Vuidravuwalu (4ième, 76ième), Rémi Bonfils (43ième), Arthur Coville (68ième), Zurabi Zhvania (73ième)
ASM : Patricio Fernandez (24ième)

Transformation(s) :
SFP : Jules Plisson (5ième, 44ième, 69ième, 77ième), Morne Steyn (74ième)
ASM : Greig Laidlaw (25ième)

Pénalité(s) :
SFP : Jules Plisson (26ième, 30ième, 54ième, 63ième, 80ième)
ASM : Greig Laidlaw (15ième, 40ième)