Face à Beaucaire, Clénay manquait d’atouts

Futsal D2 (Journee 11), Clenay Futsal Club Val de Norge vs Beaucaire Futsal Samedi 17 Fevrier 2018. (c) 2017 / LMP Nicolas Goisque tom broux, anthony grasso
Imprimer
Trop diminué par de nombreuses absences, le Clénay Futsal Club Val de Norges n’a pas démérité face au leader de sa poule de D2, le Beaucaire Futsal. Les gladiateurs se sont bien battus avec leurs armes du moment mais se sont au final logiquement inclinés 4-9 même si le score, bien sévère ne reflète pas forcément le déroulé du match.

Privé, entre autres et pour diverse raison de Damien Lauret, de Sofian Aouidat ou d’Arnaud Grinand, Clénay ne disposait pas de suffisamment de rotations pour se « battre » à armes égales avec une équipe gardoise, elle au grand complet. Néanmoins les Clénois ont été loin d’être ridicules.

Du beau spectacle

Pour le plus grand bonheur du fidèle public de l’espace loisirs, c’est l’idole locale, l’inévitable Jérémy Mouillon qui se met le premier en évidence dans cette rencontre en « déflorant » le score après une grosse minute (1-0,2′). Un but qui ne semble pas perturber pour autant les visiteurs qui mettent alors la machine en marche. la circulation de balle et à la fois rapide et fluide, avec des passes transversales renversant le jeu sur toute la largeur du terrain.

Du bel ouvrage qui paie rapidement face à une défense clénoise aux abois. Jamal Frikach remet immédiatement les pendules à l’heure, moins d’une minute après l’ouverture du score. Et Beaucaire enchaîne, cela va trop vite pour Clénay, Frikach remet ça dans la foulée, puis c’est au tour de Nabil Echarif de signer un superbe doublée faisant admirer sa technique individuelle impressionnante   (1-4, 8′).

Clénay fait de la résistance

Bousculé, Clénay resserre un peu les rangs et presse un peu plus l’adversaire qu’il avait un peu tendance à regarder jouer. Raphael Simoncic se trouve à point nommé pour prolonger dans le but de Benjamin Duchêne, le portier beaucairois, une tentative de Tom Broux. Les gladiateurs ont stoppé l’hémorragie et défendent de façon plus agressive sur le porteur de balle. Ils parviennent ainsi à maintenir leur cage inviolée durant dix bonnes minutes avant de céder une dernière fois en fin de première période sur une réalisation d’Anys Lahrour.

Le leader rentre aux vestiaires avec un matelas confortable 5-2.  Au retour dans l’arène, les gladiateurs jouent le tout pour le tout et décident d’évoluer en supériorité numérique sur les phases offensives en sortant leur gardien Adrien Daurelle.

Le dernier mot pour Beaucaire

Une tactique qui s’avère très intéressante, puisque dès lors, c’est un bombardement en règle des cages de Benjamin Duchêne, qui avec talent et parfois un peu de réussite repousse toutes ses multiples tentatives locales. Clénay est quand même récompensé de ses efforts, Raphael Simoncic signant le doublé en marquant dans la cage désertée à son tour par Duchêne, Beaucaire ayant adopté également pour une supériorité numérique offensive (3-5, 34′), un but qui donne de l’espoir au public qui pousse ses joueurs.

Muets durant un quart d’heure, les leaders gardois remettent alors un coup d’accélérateur face à des gladiateurs accusant le coup physiquement et ne les laissent pas espérer. 30 secondes après le but de Simoncic, Sophiane Benfatah rétablit l’écart de trois buts, mieux, il signe lui aussi un doublé une minute plus tard (3-7, 35′). C’est fini pour Clénay qui encaisse deux nouveaux buts par les inévitables Frikach et Echarif qui réalisent donc tous deux le triplé. Clénay aura fait ce qu’il a pu et aura le mérite de clore le score par Bilal Ouarki  à trente secondes du terme (4-9, 40′).

The following two tabs change content below.
Nicolas Goisque
Né en juin 1966 à Suresnes, j'ai passé mon enfance à Paris puis à Compiègne. Depuis juin 2012 j'ai monté ma société NikoPhot et je fais professionnellement de la photographie sportive et événementielle. J'ai pris en octobre 2014 la rédaction en chef du site d'information sportive DIJON-SPORTnews.fr.avec lequel je collaborais depuis fin 2012 Marié et père de trois enfants, la famille habite la région dijonnaise après avoir vécu à Lille (59) et à Fougères (35). Mes photos sont prises dans leur très grande majorité sur des événements sportifs ou culturels ayant lieu en Côte d'Or
Nicolas Goisque
A propos de Nicolas Goisque 71 Articles
Né en juin 1966 à Suresnes, j'ai passé mon enfance à Paris puis à Compiègne. Depuis juin 2012 j'ai monté ma société NikoPhot et je fais professionnellement de la photographie sportive et événementielle. J'ai pris en octobre 2014 la rédaction en chef du site d'information sportive DIJON-SPORTnews.fr.avec lequel je collaborais depuis fin 2012 Marié et père de trois enfants, la famille habite la région dijonnaise après avoir vécu à Lille (59) et à Fougères (35). Mes photos sont prises dans leur très grande majorité sur des événements sportifs ou culturels ayant lieu en Côte d'Or