Face à Agde, le Stade Dijonnais passe à l’orange

Federal 1 (Journee 14), Stade Dijonnais vs Rugby Olympique Agathois Dimanche 28 Janvier 2018. (c) 2017 / LMP Nicolas Goisque premier essai dijonnais par mickael orgeret
Imprimer
Mine de rien, le dernière victoire du Stade Dijonnais remontait à deux mois lors de la venue de l’ASVEL le 26 novembre dernier. Mine de rien toujours, profitant de l’exemption du Stade lors de la première journée des phases retour, puis de sa défaite à la Seyne, les adversaires directs au maintien étaient sur les talons bourguignons.

Dès lors la défaite était interdite ce dimanche face à Agde concurrent direct au maintien. Inconstant, le Stade a connu des émotions contrastées pour ce match de reprise à domicile, mais a su assurer l’essentiel avec la victoire (26-17).

Durant 6 minutes, peu avant l’heure de jeu, le Rugby Olympique Agathois tenait à Bourillot, non seulement la victoire mais aussi le bonus offensif. Une réaction aussi rapide que salutaire a permis aux Dijonnais de renverser le cour des choses en prenant les 4 points et en privant l’adversaire du bonus défensif.

Domination pas forcément fructueuse.

Bien conscient de la situation, les Dijonnais attaquent le match par le bon bout et s’installent résolument dans le camp agathois. Cela va durer une grosse demi-heure durant laquelle, Jules Soulan passera bien 3 pénalités, mais où il aura manqué le réalisme nécessaire pour enfoncer le clou et notamment marquer des essais.

Maxime Planté est d’abord arrêté à quelques mètres de la ligne adverse, Kusiolek oublie de passer au soutien et se fait prendre au sol, Kafotamaki préfère le pied à la passe et n’est pas assez précis…. Dijon a le ballon balaie bien le terrain en largeur mais pêche au moment de perforer les derniers remparts visiteurs. On peut parler de gâchis au vu de cette domination territoriale sans partage, mais il faut donc se contenter de ce 9-0.

Le quart d’heure agathois

Alors que tout se passe quand même plutôt bien, une action va inverser totalement la donne. Sur un ballon gagné par ses avants, l’arrière héraultais Thibaud Lautier passe en revue une bonne partie de l’équipe stadiste, bien passive sur ce coup avec plusieurs placages ratés et n’a plus qu’à fixer le dernier défenseur pour envoyer son demi de mêlée Sébastien Caussé entre les perches dijonnaises. Un accident ?

Que nenni. Dans la foulée Agde se sent pousser des ailes et sur une nouvelle offensive, balaie le terrain en largeur avant un dernier renversement qui envoie en bout de ligne, Lautier, encore lui en terre promise, Agde prend le score juste avant la pause (9-12, 39′) qui semble alors intervenir à point pour des Dijonnais sonnés en quelques minutes.

Réaction salutaire

Le problème c’est que le passage aux vestiaires ne semble pas forcément avoir remis les esprits à l’endroit. Agde continue sur sa lancée de fin de première période. Profitant d’une supériorité numérique, Ben Thomas ayant vu blanc, les Agathois appuient là où ça fait mal avec un maul pénétrant vainqueur suite à une pénaltouche pour un essai en force du pack avec à la conclusion le pilier gauche David Merenda.

Nous sommes à la 50ème minute et à cet instant Agde rentrerait au Sud avec 5 points en poche ! C’est l’électrochoc. Sentant le vent du boulet, Dijon se reprend enfin. Une longue offensive avec plusieurs temps de jeu rapproche les stadistes de l’embut adverse et comme un symbole c’est le tout jeune Mickael Orgeret qui pour sa première apparition à ce niveau conclut ce beau mouvement par un superbe essai qui relance le stade (16-17, 56′).

Regonflé Dijon enchaîne, Maxime Desbois déchire à son tour le rideau agathois et s’échappe sur 30 mètres avant de décaler Yoann Gardes qui n’a plus qu’à finir le travail (23-17, 59′) Soulan ayant réussi les deux transformations. On respire mieux.

Avertissement sans frais

Le Stade est libéré et attaque maintenant tout azimut. Maxime Planté est encore à deux doigts de conclure mais la passe de son capitaine Kafotamaki en bout de ligne n’est pas assurée alors que le 2 contre 1 semblait imparable. Qu’à cela ne tienne, Soulan au pied enlève le bonus défensif à Agde (26-17, 72′).

Au tour des Héraultais  qui ont vu  en 20 minutes s’envoler leurs espoirs de ramener du positif de Bourgogne de se révolter. Les visiteurs remettent la main sur l’ovale et enchaînent les temps de jeu dans les 30 mètres dijonnais. Mais Dijon a eu trop peur pour lâcher alors l’affaire. Bien disciplinés et arc-boutés en défense les coéquipiers du capitaine Otilo Kafotamaki parviendront à contenir le baroud d’honneur.

Les 4 points tant attendus sont là, on retiendra la réaction tout en regrettant d’avoir dû en passer par une belle frayeur qu’il conviendra de s’éviter à l’avenir !

The following two tabs change content below.
Nicolas Goisque
Né en juin 1966 à Suresnes, j'ai passé mon enfance à Paris puis à Compiègne. Depuis juin 2012 j'ai monté ma société NikoPhot et je fais professionnellement de la photographie sportive et événementielle. J'ai pris en octobre 2014 la rédaction en chef du site d'information sportive DIJON-SPORTnews.fr.avec lequel je collaborais depuis fin 2012 Marié et père de trois enfants, la famille habite la région dijonnaise après avoir vécu à Lille (59) et à Fougères (35). Mes photos sont prises dans leur très grande majorité sur des événements sportifs ou culturels ayant lieu en Côte d'Or
Nicolas Goisque
A propos de Nicolas Goisque 71 Articles
Né en juin 1966 à Suresnes, j'ai passé mon enfance à Paris puis à Compiègne. Depuis juin 2012 j'ai monté ma société NikoPhot et je fais professionnellement de la photographie sportive et événementielle. J'ai pris en octobre 2014 la rédaction en chef du site d'information sportive DIJON-SPORTnews.fr.avec lequel je collaborais depuis fin 2012 Marié et père de trois enfants, la famille habite la région dijonnaise après avoir vécu à Lille (59) et à Fougères (35). Mes photos sont prises dans leur très grande majorité sur des événements sportifs ou culturels ayant lieu en Côte d'Or