La der pour le Stade Français

Challenge Cup (Match de poule), Stade Francais Paris vs London Irish Rugby Football Club Samedi 21 Octobre 2017. (c) 2017 / LMP Denis Trasfi - JONATHAN DANTY
Imprimer
Pour le dernier match de l’année 2017 à Jean Bouin, le Stade Français n’avait pas le droit à l’erreur. Les trois derniers au classement, Agen (12ième) Brive (13ième) et Oyonax (14ième), s’étaient rapprochés dangereusement du club parisien.

Et avec la défaite d’Agent en ouverture de cette 14ième journée, le Stade Français aurait pu jouer libérer. Mais ils furent moins délivrés dans leur esprit que nous le pensions. Peut-être que les fêtes de Noël et leurs jours de repos qui leur ont été accordé à peser dans les jambes ?

Les joueurs du Stade Français devaient donc tout faire pour remporter ce match. Mais en face, il y avait 15 joueurs, 23 avec les remplaçants, qui voulaient offrir dernière une victoire à leur entraineur M. Jacques Brunel pour remercier leur coach en partance après sa nomination à la tête de l’équipe de France.

Dès l’engagement du match par les joueurs de la capitale, les bordelais récupéraient le ballon et mettaient la pression en portant rapidement le jeu dans le camp adverse. Mais c’était le Stade Français Paris qui avait l’occasion d’ouvrir le score le premier.

Jules Plisson peut heureux dans ses coups de pieds hier après-midi à l’images des 33 acteurs du match, ne marquait pas ces 3 points de la pénalité. Le match fut d’une insignifiante pauvreté technique de part et d’autre. Même si le temps pluvieux ne se prêtait pas à une justesse dans la prise de main, ce n’était pas la cause de ces errements techniques.

Entre les ballons mis directement en touche, un match très lent ponctué par de rares actions offensives, les spectateurs présents à Jean Bouin n’ont pas eu beaucoup l’occasion de se réchauffer. Les premiers points du match furent marqués à la 11ième minute par Jules Plisson. Imité en cela par Mathieu Jalibert 4 minutes plus tard.

Le tableau d’affichage affichait alors un triste 3-3. Le premier essai fut marqué à la 35ième minute par Jonathan Danty qui marquait là son premier essai de la saison. Cet essai transformé par Jules Plisson (10-3) venait ponctuer une séquence de jeu de deux minutes, la seule de la première période.

L’arbitre pouvait siffler la fin de la première période et renvoyer les acteurs aux vestiaires pour revoir leurs gammes et nous offrir si possible un autre match en seconde période.

A voir les joueurs bordelais à leur retour des vestiaires, on était en droit d’espérer. Mathieu Jalibert marquait coup sur coup deux nouvelles pénalités (46ième et 48ième minutes). L’UBB revenait à un petit point : 10-9. Mais le soufflet retombait bien vite.

Le Stade Français se faisait souvent pénaliser pour indiscipline, notamment en mêlée. Même si le jeu n’était pas spectaculaire, il y avait de nombreux affrontements entre les premières lignes. C’était un match d’hommes.

Puis arrivait la 54ième minute. Sur une action offensive bordelaise, l’arbitre se mettait à l’unisson des joueurs en donnant un carton jaune au numéro 15 stadiste Tony Ensor. L’arbitre du match considérait que le joueur avait commis un en-avant volontaire. Dommage pour le Stade Français car Tony Ensor aurait pu enclencher une contre-attaque fatidique pour Bordeaux.

En visionnant les ralentis sur les deux écrans géants du Stade Jean Bouin, les joueurs parisiens pouvaient crier à l’injustice car en aucune manière, Tony Ensor à toucher le ballon. Après plusieurs minutes confuses, l’arbitre revenait sur da décision et rappelait le joueur qui était entre temps sorti du terrain.

7 minutes plus tard, Djibril Camara revenu de blessure, marquait le deuxième essai du match sur une passe au pied de son coéquipier Jules Plisson. Malgré l’arbitrage vidéo, Pierre Brousset ne pouvait pas juger de la position de hors-jeu de l’attaquant parisien et accordait finalement l’essai non transformé (15-9).

Et à 3 minute de la fin du match, Waisea Nayacalevu Vuidravuwalu après un cadrage-débordement, libérait les joueurs parisiens en marquant l’essai du bonus offensif que Jules Plisson transformait. Le score final était 22 à 12 car entre temps Mathieu Jalibert avait marqué sa quatrième pénalité.

Tout heureux de terminer le match avec le bonus offensif, les joueurs parisiens vont pouvoir fêter dignement la nouvelle année sans relâcher la pression car dès ils vont avoir un match très compliquer avec leur déplacement à Montpellier.

(image d’archive)


Stade Français 22 (10) – Union Bordeaux-Bègles 12 (3)
Paris, Stade Jean Bouin, 8 025 spectateurs
Arbitre : M. Pierre Brousset
Arbitres de touche : M. Cédric Marchat & M. Jean-Luc Rebollal

Compositions :
Stade Français (SF) :
Titulaires : 1 Siegfried Fisiihoi, 2 Laurent Sempéré, 3 Ramiro Emir Herrera, 4 Paul Gabrillagues, 5 Alexandre Flanquart, 6 Brandon Julio Tiute Nansen, 7 Sékou Macalou, 8 Willem Schalk Alberts, 9 Clément Daguin, 10 Jules Plisson, 11 Marvin O’Connor, 12 Jonathan Danty, 13 Waisea Nayacalevu Vuidravuwalu, 14 Julien Arias, 15 Tony Ensor
Remplaçants : 16 Rémi Bonfils, 17 Hendrik Van Der Merwe, 18 Mathieu De Giovanni, 19 Matthieu Ugena, 20 Arthur Coville, 21 Djibril Camara, 22 Shane Geraghty, 23 Emile Paul Alo
Union Bordeaux-Bègles (UBB) :
Titulaires : 1 Jefferson Poirot, 2 Adrien Pelissie, 3 Marc Clerc, 4 Jandre Marais, 5 Cyril Cazeaux, 6 Luke Jones, 7 Cameron Woki, 8 Marco Tauleigne, 9 Baptiste Serin, 10 Matthieu Jalibert, 11 Blair Connor, 12 Julien Rey, 13 Romain Lonca, 14 Geoffrey Cros, 15 Nans Ducuing
Remplaçants : 16 Clément Maynadier, 17 Sébastien Taofifenua, 18 Johan Aliouat, 19 Mahamdou Diaby, 20 Alexandre Roumat, 21 Yann Lesgourgues, 22 Ben Thomas Tuvula Volovola, 23 Peni Ravai Kovekalou

Essai(s) :
SF : Jonathan Danty (35ième), Djibril Camara (61ième), Waisea Nayacalevu Vuidravuwalu (77ième)

Transformation(s) :
SF : Jules Plisson (36ième, 78ième)

Pénalité(s) :
SF : Jules Plisson (11ième)
UBB : Matthieu Jalibert (14ième, 46ième, 48ième, 70ième)