Les derniers Jedi : un nouvel espoir ou une déception

Imprimer
Depuis mercredi 13 décembre, le dernier épisode de la saga Star Wars est sortie sur les écrans français. Pour ce denier opus, il y avait beaucoup d’exigence de la part des fans après la déception vécu avec le 7ième épisode. Ils attendaient impatiemment Les derniers Jedi pour voir si ce film allait renouer avec la magie des épisodes de la première trilogie (IV, V et VI).

L’épisode 7 de Star Wars était très convenu. Son histoire était une copie presque conforme de l’épisode IV “un nouvel espoir”. Sa construction (technique) était certes parfaite, mais on y retrouvait tous les codes du tout premier film : une planète désertique, une étoile noir, un jeune adulte orphelin qui est promis à un brillant avenir, un mentor… Sans oublier surement la plus grosse déception, la plus grosse erreur ?, avec le personnage du capitaine Phasma.

Les personnages avaient des possibilités, mais elles n’étaient pas exploitées au mieux par le réalisateur. Même si le film était convenu, techniquement, le film était finalement le mieux réussit.

Pour faire patienter les fans, un spin-off de la saga était sorti, Rogue One, en décembre 2016. Ce film nous racontait le vol des plan de la première étoile noir. Son histoire se situait avant l’épisode 4. Là aussi, les spectateurs étaient resté sur leur fin. Toutefois, ce film était de meilleur facture que l’épisode 7.

Tout le monde, tout au moins les fans, attendait donc ce nouvel épisode avec impatience, beaucoup d’impatience. Il y avait beaucoup d’interrogations. Rian Jonhson allait-il mettre l’accent sur le côté sombre de la force ? Le scénario serait-il original et des nouvelles planètes et protagonistes allaient-ils voir le jour ?

Un nouvel espoir ?

Comme avec presque chaque épisode, l’opus n° 8 commence avec l’évacuation de la base rebelle à l’approche des forces ennemies.  Elles échappaient de peu à l’attaque et au bombardement. Les vaisseaux rebelles pouvaient passer en vitesse lumière. Mais une nouvelle technologie permettait à Snoke et ses séides de les retrouver dans l’hyperespace.

Voyager à vitesse lumière leur étant désormais interdit, et leur ressource énergétique diminuant, les vaisseaux ne pouvaient que rester en supralumique pour tenter d’échapper aux bombardements du Premier Ordre.

Leur seule chance était de déconnecter le nouvel équipement pour s’échapper. C’est ce qu’allait faire Finn et Rose, une nouvelle venue dans l’histoire. Bien entendu, les rebelles allaient en parti réussir leur pari. Sans réellement s’échapper, ils arrivaient sur une planète anciennement détenue par les rebelles. Pendant ce temps, Rey était toujours en compagnie de Luke Skywalker sur la planète d’origine des Jedi.

On apprenait alors les raisons du basculement du côté obscur de Ren. L’initiation de Rey à la force, après de longues tractations avec Luke Skywalker, était évoquée mais d’une manière sibylline. Rian Johnson s’est surtout focalisé sur Luke Skywalker.

Son personnage devient plus sombre, mais tellement plus humain. Avec ses doutes, ses échecs à vouloir recréer un ordre Jedi et avec son neveu Kylo Ren, Luke Skywalker y est présenté comme un vieillard aigri qui n’a plus foi dans la Force, et qui n’attend qu’une chose :  la délivrance par sa mort.

Yoda vient à la rescousse de Luke

Ce sera Yoda, revenu l’aider une nouvelle fois, qui lui permettra d’ouvrir les yeux sur le rôle de maître Jedi.

Cette très longue introduction se termine lorsque Finn et Rose revient sur le vaisseau de Snoke pour tenter de désactiver la nouvelle arme. La dernière partie du film est plus   Un film d’action. On y voit l’affrontement entre Snoke, Ren et Rey. Snoke est tué avec l’arme laser de Rey par Ren. Il tentera d’associer Rey à sa volonté de domination la galaxie mais sans succès (une impression de déjà vu dites-vous ?). On termina le film avec une bataille épique entre les forces rebelles et les forces du mal, dirigées maintenant par Kylo Ren.

Alors que tout semblait perdu pour les rebelles, Luke Skywalker vient à leur aide. Il est littéralement ensevelie sous les tirs des soldats de Ren. Mais, il en ressort indemne. Kylo Ren se décide à l’affronter dans un combat singulier sans succès. Ce combat permettra aux rares rebelles encore vivant, dont Leia, Rey, Fin et Poe, de s’échapper. Et à la fin du combat, Ren s’apercevra que son ancien mentor est invincible. C’était un projection mentale effectuée depuis la planète qu’il n’a jamais quitté.

Cette astuce fatiguera jusqu’à la mort Luke, qui à l’image des plus grands maîtres jedi s’éteindra paisiblement et son corps sera dissout dans la force. La dernière image du film verra un jeune enfant esclave utiliser la force.

Des effets spéciaux que l’on oublie

Les deux parties du film sont certes d’une durée inégales, mais ne nuit pas à l’histoire. Cela permet au réalisateur d’assoir les personnages dans l’histoire. Il nous amène doucement mais sûrement vers les scènes d’actions.

Les transitions entre les scènes ne sont pas convenus. On ne s’attend pas par exemple à la projection mentale de Luke Skywalker. On pense que c’est sa maîtrise de la Force qui  lui permet de ne pas être tué par les tirs adverses. Même lorsqu’il meurt, jusqu’à la dernière seconde on pense qu’il survivra à cette dernière épreuve.

Pour l’épisode 9, il ne sera pas facile de faire sans Leia. Les personnages majeures de Star Wars, Leia, Luke et Han sont tous décédés, soit dans les deux derniers films (Luke et Han), soit malheureusement dans la vie pour Carrie Fisher. En utilisant une ellipse temporelle, Rian Jonshon devrait pouvoir faire fit de cet disparition qui a attristé tous les fans et amoureux de la Princesse Leia .Finalement, le passage de témoin entre l’ancienne génération et les nouveaux protagonistes est naturel.

Tout semble naturel dans la déroulement de l’histoire. Les images sont belles. En revanche, la 3D n’apporte pas grand chose au film. Il vaut mieux le regarder en 2D,  en flat pour les spécialistes.

Alfred Hitchcock disait : ” Quand un film circule dans le monde, il perd 15% de sa force s il est sous-titré et seulement 10% s il est bien doublé. ” Pour avoir vu le film dans ces deux versions, effectivement la VOSTF est difficile et compliquée à suivre. Il vaut mieux regarder le film soit en VO totale si on est anglais ou totalement bilingue, soit le regarder en version française.

Les blockbusters américains bénéficient toujours d’un système de doublage, studio et acteurs, de haut vol. C’est le cas avec Star Wars. De plus, j’ai constaté de trop nombreuses incohérences entre le texte sous-titré et les paroles des acteurs. Ces incohérences étaient beaucoup, mais beaucoup moins visible dans la version française.


Synopsis & détail

Titre original : The Last Jedi
Distributeur  : The Walt Disney Company France
Durée : 2h32
Genre : sciences-fiction
Nationalité : américain
Année de production  : 2017
N° de Visa 147637

Réalisateur : Rian Johnson
Acteurs et actrices : Daisy Ridley (rôle : Rey), John Boyega (rôle : Finn), Oscar Isaac (rôle : Poe Dameron), Mark Hamill (rôle : Luke Skywalker), Adam Driver (rôle : Kylo Ren), Carrie Fisher (rôle : General Leia), Kelly Marie Tran (rôle : Rose), Andy Serkis (rôle : Leader suprême Snoke)

La bande annonce