20 minutes, le regime actuel du Stade Français

Top 14 (Journee 02), Stade Francais Paris vs Atlantique Stade Rochelais Samedi 2 Septembre 2017. (c) 2017 / LMP Denis Trasfi - WAISEA NAYACALEVU

Pour ce deuxième match de la saison, qui plus est à domicile, le Stade Français n’avait pas le droit de perdre après la déconvenue subit une semaine plutôt sur leur terre face à une surprenante équipe lyonnaise 16 à 25. Les pinks men avaient devant eux, la grande surprise de la saison dernière pour les non spécialistes, le Stade Rochelais. Pour la première journée, l’équipe de La Rochelle avait continué sur sa lancé en allant battre les brivistes chez eux 10 à 19.

Entamer un nouveau cycle par une défaite, même si les joueurs parisiens étaient relativement en manque de repères, avec un nouveau staff et une nouvelle équipe dirigeante, n’est jamais une bonne chose. Il fallait remarquer qu’ils avaient entamer leur premier match avec seulement 3 nouveaux joueurs, ce n’était donc pas des joueurs qui ne se connaissaient pas.

Dans ce match comptant pour la deuxième journée de la phase régulière, tout s’est joué lors de lors première période. Les parisiens étant bien élevés, ce sont eux qui ont donné le coup d’envoi en envoyant le ballon dans le camp rochelais. Sur ces premières minutes, c’était ces deniers qui monopolisaient la possession du ballon et occupait le camp parisien.

Il fallait attendre la 5ième minute du match pour voir les joueurs tout de rose vêtu desserrer un peu de la pression adverse. Par l’entremise de Jules Plisson qui récupérait le ballon dans ses 22 mètres, il perforait la première ligne rochelaise. Cette action se terminait aux 30 mètres adverses. Djibril Camara était propulsé en touche par un rochelais. L’arrière parisien se blessait sur cette action. Il se tenait le genou et boitillait en sortant du terrain. Il souffrait peut-être d’une entorse.

Cette action offensive avait réveillé les parisiens qui ne voulaient pas connaître la même mésaventure que contre le LOU. Pendant 7 minutes, ils ont mis la main sur le ballon pour terminer en beauté une poussée de son pack d’avants. La première ligne parisienne repoussait son homologue rochelaise, et Antoine Burban terminait en deux temps cette action à 5 mètres de l’en-but adverse en ramassant le ballon et l’aplatissant en deux temps. Son coéquipier Jules Plisson transformait cet essai. Le tableau d’affichage marquait alors 7 à 0.

La première période fut marquée par des phases offensives nombreuses qui se terminaient toujours à la limite de l’en-but adverse. Ces phases offensives étaient toutes à mettre au crédit des joueurs parisiens. Mais c’était le Stade Français qui dominait de la tête et des épaules ce match. Il allait marquer encore 3 essais par Alexandre Flanquart à la 15ième minute, Sergio Parisse qui avait retrouvé ses jambes de 24 ans à la 29ième minute puis par Tony Ensor à la 35ième minute. Les rochelais ne faisaient que peu illusion si ce n’est qu’à la 19ième minute par Dany Priso Mouangue qui terminait une brillante contre-attaque au milieu des perches parisiennes.

Cette première période, tout comme sur l’ensemble du match, l’arbitre de cette rencontre M. Mathieu Raynal a su s’élever au-dessus de la mêlée. Il s’est montré très inspiré dans toutes ses décisions. Il a toujours privilégié le jeu à la sanction. Il a laissé les avantages se dérouler pour les deux équipes. Les trois sanctions administratives, la première à la 25ième pour Dany Priso Mouangue du Stade Rochelais, la seconde à la 62ième contre Alberts Willem Schalk et la dernière à la 74ième pour Vuidravuwalu Waisea, tous les deux du Stade Français ont été justes.

M. Raynal sifflait la fin de la première période sur le score de 30 à 7 en faveur du Stade Français. Jules Plisson marquait 2 pénalités et transformait 2 essais sur les trois pour cette première période.

Au retour des vestiaires, le score étant acquis à la pause, nous avions très peu de choses à nous écrire sur affrontement. Le jeu était plus équilibré,  Patrice Collazo avait du trouver les mots pour remotiver son équipe plutôt absente dans les duels dans les 40 premières minutes. Chaque équipe avait l’occasion d’aggraver le score par des pénalités ou des essais. Marvin O’Connor marquait un nouvel essai pour le Stade Français à la 58ième minute auquel Amosa Afaesetiti répondait à la 64ième minute.

Le dernier essai du Stade Rochelais était un essai de pénalité pour une répétition de fautes de la défense parisienne. Seul une partie des spectateurs ne se sont pas montrés à la hauteur des acteurs de de match. même si Jeremy Sinzelle joue maintenant pour le Stade Rochelais, ce n’était pas la peine de le siffler à chaque fois qu’il porte le ballon. Ce dernier a suffisamment aidé par le passé Sytade Français pour lui en être reconnaissant.

Cette rencontre se terminait sur le score final 35 à 24 pour le Stade Français. Si pour le premier match, le Stade Français a tenu que les 20 premières minutes physiquement, là ils auront tenu 60 minutes. Les 20 dernières minutes auront été difficiles sans conséquence pour le gain du match.

La semaine prochaine, les joueurs de la capitale vont jouer leur premier match à l’extérieur contre l’équipe de l’Union Bordeaux-Bègles qui a certes perdu nettement face à Castres samedi 33 à 19, mais a brillamment vaincu le champion de France en titre l’ASM Clemont Auvergne lors de la première journée 32 à 25.


La zone mixte

Patrice COLLAZO (Stade Rochelais, manager et entraîneur des avants)
LeMousticProduction (LMP) : C’était le même scénario que l’année dernière mais en pire, première période ratée et une réaction d’orgueil en deuxième mais pas suffisante ?
Patrice COLLAZO (PC) : Oui, mais je n’appelle pas cela rater. Je l’appelle une pantomime de rugby dans l’attitude. On s’est vu un peu trop beau après le match de Brive. Au rugby, avant de parler, c’est une histoire d’attitude : ce que l’on y met, comment on se prépare. Premier fautif, moi bien entendu car je n’ai pas du assez bien les préparer. Par contre quand ils sont sur les terrains, c’est les joueurs et dans le vestiaire c’est eux aussi.
Aujourd’hui, c’est bien car on nous remet à notre place. C’est bien pour la suite et c’est bien que cela arrive maintenant. Ce n’est pas normal tout simplement de faire une première période aussi pauvre dans l’attitude, dans l’engagement et dans la détermination.
Quand je vois que l’on est capable de se séparer du ballon sur un coup d’envoi, alors que l’on fait 8500 offload (terme anglais qui désigne une passe après contact), 400 passes au contact, que l‘on fait 90 mètres sur le terrain, je me dis que l’on a manqué un épisode. C’est une première période logique 30 à 7. La deuxième période on fait semblant de revenir dans les clous. Avant de retenir la deuxième, je vais d’abord retenir la première période.
LMP : A Brive, c’était vraiment l’attitude en défense qui vous avait vraiment permis de gagner. Dès les premiers plaquages, nous avons senti que les joueurs subissaient, dans l’attitude ils n’y étaient pas du tout de la même manière.
PC : Non du tout. A Brive nous avions pris beaucoup de plaisir à mettre les brivistes sous pression sans ballon, c’est à dire à prendre du plaisir à presser les joueurs adverses. Ce soir, nous n’avons pas pris du plaisir en les pressant. On a fait semblant à en prendre sur quelques mouvements, mais ce n’est pas ce qui va suffire à effacer justement cette première période très pauvre.

Marvine O’Connor (Stade Français, centre)
LeMousticProduction (LMP) : Le Stade Français a pris énormément de plaisir à jouer aujourd’hui, vous avez apporté une réponse à ce qui s’est passé la semaine dernière conte le LOU ?
Marvine O’Connor (MO) : Complètement. Nous avions à cœur de se racheter après ce premier raté. Nous n’avions pas le droit à l’erreur tout simplement. Nous savions qu’il y avait une grosse équipe de La Rochelle qui arrivait. On s’est bien préparé toute la semaine. Nous sommes restés dans la même stratégie que contre Lyon ou nous avions bien commencé. Mais on s’était par la suite effondré. On s’était promise de maintenir le cap tout au long du match. Nous avons réussi à le faire 50 minutes avant que les rochelais reviennent dans la partie en partie à cause de notre indiscipline avec ces 2 cartons jaunes.
On a réalisé une très grande première période.
LMP : Vous parlez de la 50ième minute, comme la semaine dernière, la fin de match est compliquée pour le Stade Français. La, c’était plus compréhensible car il y avait le score ou est-ce que vous commencez à piocher en fin de match ?
MO : Sur ce mach, nous avions le score. Contre Lyon c’était différent car ils étaient revenus avant la mi-temps. Ce n’était donc pas la même situation. Pour ce match, nous avons maintenu les rochelais sous l’eau toute la première période. C’est ce qu’il faut faire contre une équipe comme La Rochelle qui exploite la moindre faiblesse de son adversaire.

Olivier Azam (Stade Français, entraineur des avants
LeMousticProduction (LMP) : Ne pas avoir le bonus offensif sur ce match, n’est-ce pas frustrant ?
Olivier Azam (OA) : Bien sûr. Quand on mène 5 essais à 1, il faut gagner avec le bonus. Il faut que l’on soit exigeant. Tous les points sont importants. Le stade Français ne s’est pas qualifié la saison dernière pour les phases finales pour un point. Au niveau comptable nous avons des regrets, mais au niveau de la performance jusqu’à la 60ième minute ou nous commençons à piocher physiquement et à être indiscipliné à cause d’une forme physique qui je pense était inférieure des rochelais sur la fin de match, cela nous coute le bonus.
LMP : Une première période feu, 30 à 7 et 4 essais…
OA : Oui, une très bonne première période. Surtout une bonne assise en conquête et des choses propres. Nous avons réussi à les prendre dans l’axe sur des pick and go et à arriver à marquer plusieurs essais sur ces phases de jeu.
La Rochelle est une équipe très lourde et qui a terminé première de son championnat la saison dernière. On s’attendait à quelque chose de très très dur. Nous avons vu la qualité de cette équipe en deuxième période quand ils ont réussi à nous mettre sous pression.

Maxime Gau (Stade Français, 1ère ligne)
LeMousticProduction (LMP) : 30 à 7 à la mi-temps, vous avez pensé que le chemin principal était fait en première période ?
Maxime Gau (MG) : On avait ciblé les 20 premières minutes sur ce match car on savait qu’il allait y avoir du répondant en face. Donc nous avons fait un gros travail en début de première période et sur toute la première période ce qui nous a permis de nous trouver devant à la pause.
LMP : Vous connaissez évidement ces rochelais. Vous avez été surpris par leur prestation en première période, cela ne correspondait à ce qui faisait d’habitude ?
MG : Oui. Nous nous attendions à ce que cela joue beaucoup plus. Après nous avons bien joué le coup ou nous les avons embêtés dans beaucoup de compartiments de jeu. Ils ont donc un peu déjoué par rapport à ce qu’ils attendaient à avoir en face.
LMP : Après Lyon, cela fait du bien cette victoire.
MG : Cela fait forcément le plus grand bien. Lyon c’était forcément un vrai faux départ pour nous après une défaite à domicile d’entrée. Nous avions à cœur de se reprendre.


Paris, Stade Jean Bouin; 10 360 spectateurs
Arbitres :
Arbitre : Mathieu Raynal
Arbitres de touche : Vincent Blasco baque & Thierry Guilloton
Arbitres assistant : Guilhem CAPDEVIELLE & Jimmy Sauvage
Arbitre vidéo : Laurent Sclafer

Composition :
Stade Français (SF) :
Titulaires : 1 Zurabi Zhvania, 2 Maxime Gau, 3 Emile Paul Alo, 4 Paul Gabrillagues, 5 Alexandre Flanquart, 6 Antoine Burban, 7 Willem Schalk Alberts, 8 Sergio Parisse, 9 Charl Mc Leao, 10 Jules Plisson, 11 Tony Ensor, 12 Jonathan Danty, 13 Waisea Vuidravuwalu, 14 Marvin O’Connor, 15 Djibril Camara
Remplaçants : 16 Craig Burden, 17 Gurthro Steenkamp, 18 Hugh William Pyle, 19 Sekou Macalou, 20 Arthur Coville, 21 Morne Steyn, 22 Théo Millet, 23 Lorenzo Cittadini

Stade Rochelais (SR) :
Titulaires : 1 Dany Priso Mouangue, 2 Hikairo Forbes, 3 Luc Mousset, 4 Mathieu Tanguy, 5 William Demotte, 6 Romain Sazy, 7 Afaesetiti Amosa, 8 Victor Vito, 9 Alexi Bales, 10 Brock James, 11 Eliott Roudil, 12 Pierre Aguillon, 13 Geoffrey Doumayrou, 14 Gabriel Lacroix, 15 Jérémy Sinzelle
Remplaçants : 16 Jérémie Maurouard, 17 Mike Corbel, 18 Jason Eaton, 19 Kevin Gourdon, 20 Jean Victor Goillot, 21 Ryan Lamb, 22 Steeve Barry, 23 Uini Atonio

Essais :
SF : 12ième Antoine Burban, 15ième Alexandre Flanquart, 29ième Sergio Parisse, 35ième Tony Ensor, 58ième Marvin O’Connor
SR : 18ième Dany Priso Mouangue, 64ième Afaesetiti Amosa, 75ième essai de pénalité

Transformations :
SF : 13ième Jules Plisson, 30ième Jules Plisson
SR : 19ième Brock James, 65ième Ryan Lamb

Pénalités :
SF : 22ième Jules Plisson, 26ième Jules Plisson
SR : 51ième Ryan Lamb

Cartons Jaunes :
SF : 62ième Alberts Willem Schalk, 74ième Vuidravuwalu Waisea
SR : 25ième Dany Priso Mouangue

The following two tabs change content below.
lemoustic

lemoustic

lemoustic

Derniers articles parlemoustic (voir tous)

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
Twitter
LinkedIn