Le singe est l’avenir de l’humain

Mercredi 2 août, sortait dans les salles obscures françaises, le dernier volet de la nouvelle version de la Planète des singes, La Planète des singes : La Suprématie.

Entre les films, les séries et les bandes dessinées, c’est la 6ième adaptation du livre La Planète des singes publié en 1963 par l’écrivain français Pierre Boulle. Ce livre raconte l’histoire de trois hommes qui explorent une planète lointaine très similaire à la Terre. Seulement, cette planète est dominée par des grands singes.

Ces derniers sont intelligents. Et l’humanité, telle que nous la connaissons en est dépourvu. La fin aussi est différente dans toutes ces adaptations. Au terme de l’ouvrage, on découvre qu’en fait, c’est un couple de singe, évoluant dans l’espace à bord d’un vaisseau spatial, qui a récupéré le journal de bord dans un bouteille que les 3 humains ont lancé et qui le lit. Dans la plus part des films, on voit toujours une fin à l’américaine, avec la Statue de la Liberté par exemple.

Et justement, c’est le problème de tous ces arrangements filmographiques. Is sont plus ou moins fidèles au livre de M. Boulle qui ne se doutait pas un seul instant que son livre connaitrait un tel succès planétaire.

Même s’il est toujours difficile d’adapter un livre de 400 pages et plus dans un format de courte durée de 1h30, c’est le film sorti en 2001, Planet of the Apes de Tim Burton, qui a déclenché le plus de polémiques. Ce film était le moins fidèle, non seulement avec le film avec Charlton Heston, mais surtout au livre du français.

Cette nouvelle trilogie se veut plus fidèle au livre de Pierre Boulle, et plus réaliste que le film de Tim Burton. Mais des 3 films de cette trilogie, La Planète des singes : Les Origines (2011) réalisé par Rupert Wyatt – La Planète des singes : L’Affrontement (2014) réalisé par Matt Reeves, ce dernier film (La Planète des singes : La Suprématie) exécuté par le même réalisateur Matt Reeves est un film avec beaucoup trop d’actions au début et à la gin, et des longueurs au milieu.

DR

Le spectateur n’est que peut dérouté par la chronologie de l’histoire. Le seul moment où nous fûmes surprit fut lorsque le petit groupe de singes est rejoint par un autre congénère appelé méchant singe. Sinon, tout s’enchaîne logiquement jusqu’à l’instant ou l’on apprend que l’espèce humaine vit ses derniers instants d’intelligence. D’ailleurs, cette histoire de virus, la grippe simiesque qui avait décimé la population humaine, est en train de muter. Cette aspect n’est que très peu survolé dans le film. Il aurait été intéressant d’avoir un développement plus conséquent.

Le film connait une certaine longueur. On se surprend à s’ennuyer après les 15 premières minutes ou l’on voit la famille de César tué par les troupes du Colonel. Dans son film, Reeves fait aussi de nombreux clin d’œil à d’autres historiques tel que la Grande Évasion.

Même la scène finale avec César, qui voit la terre promise sans pouvoir y pénétrer et qui s’éteint comme Moïse, est attendu. On voit alors son peuple s’élancer dans la vallée accompagné d’une jeune humaine qui a perdu le pouvoir de parler, premier signe de la dégénérescence de l’espèce humaine.

Cette scène finale se veut assez ouverte pour, le cas échéant, permettre à la production de proposer une suite. Suite qui se fera peut-être sur la capacité du peuple de César à vivre sans son guide spirituel et les conditions réservées à l’espèce humaine.

Synopsis

Dans ce volet final de la trilogie, César, à la tête des Singes, doit défendre les siens contre une armée humaine prônant leur destruction. L’issue du combat déterminera non seulement le destin de chaque espèce, mais aussi l’avenir de la planète.

Titre original : War For The Planet Of The Apes
Réalisation : Matt Reeves
Acteurs : Andy Serkis (César), Woody Harrelson (Le Colonel), Steve Zahn (Méchant singe), Terry Notary (Rocket)
Distributeur : Twentieth Century Fox France
Produit en 2017
Budget : 150 000 000,00$
N° de Visa : 146984

La bande annonce

The following two tabs change content below.
lemoustic

lemoustic

lemoustic

Derniers articles parlemoustic (voir tous)

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
Twitter
LinkedIn